Exercice de Style : La Triple (Partie 1)

Les bières triples sont aujourd’hui parmi les styles de bières belges les plus communs dans le marché nord-américain. Au Québec seulement, probablement un peu par l’influence bienveillante d’Unibroue, avec un classique comme la Fin du Monde, les amateurs de bières québécois ont pu se familiariser avec le style depuis déjà quelques décennies. Forte de cette influence, c’est avec joie que l’on peut donc constater que l’offre en bières triples de qualité est très grande chez les brasseurs québécois.

Les origines

On s’en doute, les triples d’abbaye proviennent d’abord et avant tout des monastères belges. L’histoire n’est pas unanime sur la provenance de la première bière belge triple brassée selon les principes authentiques d’une triple. On sait toutefois que la première bière à se déclarer comme étant une bière « triple » fut celle de la brasserie Westmalle, bien que bien d’autres bières avant cette date étaient de la même catégorie de style.

Le style

La bière triple désigne une bière typiquement blonde, plus forte en alcool, aux alentours des 9 ou 10%. On parle généralement des bières triples comme étant des bières sucrées, où la levure à la belge sera bien présente, ainsi qu’un parfum fruité et floral qui sera mis en évidence. En bouche, on recherchera également un aspect plus fruité, ainsi qu’un côté épicé, en plus de remarquer les notes d’alcool qui seront présentes, compte tenu du taux d’alcool élevé des triples.

La dégustation

Comme mentionné précédemment, nous sommes chanceux au Québec de pouvoir compter sur plusieurs bières triples de qualité internationale. De ce fait, plusieurs microbrasseries québécoises ont été mises à profit telles que le Trou du Diable avec sa Buteuse, Charlevoix avec la Dominus Vobiscum Triple et Dieu du Ciel avec sa nouvelle Genèse. Du côté international, la SAQ nous gâte avec deux des meilleures tripel au monde, soit la Gouden Carolus Triple de la brasserie Het Anker, ainsi que la Karmeliet de la brasserie Bosteels, nouvellement achetée par AB-InBev. Enfin, la brasserie Allagash, du Maine, l’une des brasseries les plus inspirées de la Belgique aux États-Unis, nous propose la Tripel.

Trou du Diable – La Buteuse

C’est un liquide blond qui nous accueille, avec au nez une levure belge imposante qui propose les classiques du style : poivre et épices, sucre, et même une impression de vin blanc. En bouche, ce qui nous frappe, c’est un équilibre intéressant, avec rien qui ne va vraiment prendre le dessus entre une petite effervescence, la levure belge étant présente, mais également avec un petit côté fruité rappelant les pommes vertes.

Tripel Karmeliet – Bosteels

La tripel la mieux cotée au monde selon le site RateBeer se révèle être de couleur blonde assez pâle, avec une grosse carbonatation. Au nez, la levure belge se bute également à un aspect plus sucré et citronné. Cet aspect citronné est définitivement mis de l’avant également en bouche, alors que le goût d’agrumes l’emporte sur les autres sensations, brisant quelque peu l’équilibre du liquide. C’est également assez poivré, ne faisant peut-être pas le meilleur mix de saveurs au final à mon humble avis.

Tripel – Allagash

Good beer is a good sign of a great year ahead. Wrapping up a beautiful long weekend in Maine. #allagashtripel

A post shared by Allagash Brewing Company (@allagashbrewing) on

La bière blonde est un peu voilée, toute en démontrant fort peu de carbonatation. L’arôme est assez inexistant, si bien que je commence à être un peu déçu avant même le début de la dégustation. En bouche, la bière est très sucrée, avec un peu de goût d’agrumes en finale. Une petite amertume me surprend également, en comparaison avec les deux bières précédemment dégustée.

Genèse – Dieu du Ciel!

Petite nouvelle dans la rotation des bières momentum de Dieu du Ciel!, la Genèse est une triple aux abricots fut offerte pour la première fois en bouteille au mois de septembre dernier. Au goût, on retrouve tout de suite les abricots qui sont bien mis en évidence, avec en plus une levure belge qui est également bien présente, donnant une attaque bien sucrée à la bière, tout en ayant également une certaine amertume, encore plus qu’avec la Tripel Réserve. Le tout se cherche peut-être un peu au final.

Gouden Carolus Tripel – Het Anker

Deuxième bière belge de la soirée, celle-ci présente une belle carbonatation avec une couleur blonde classique du style. Le nez est très fruité, avec une levure belge qui ne s’impose pas trop et des agrumes qui rendent cette bière bien aromatique. En bouche, ça se transforme pour le mieux, avec une approche très florale, différente des autres bières dégustées ce soir, ainsi que la levure belge sucrée, qui n’arrive qu’en deuxième plan, pour créer un beau mix de saveurs.

Dominus Vobiscum Triple – Charlevoix

Dernière bière de la soirée, Charlevoix a l’habitude de brasser de belles bières d’inspiration belge. La bière au visuel diffère des autres, en étant un peu plus ambrée, mais le nez est très classique, avec l’habituelle levure plutôt sucrée et un peu poivrée. En bouche, c’est très sucré, avec une levure qui s’impose un peu plus que pour les autres bières. L’effervescence est également très présente en bouche, de même qu’un peu de goût de caramel.

Le verdict

Même le plus chauvin des amateurs de bières québécoises pourrait tomber en amour avec cette Gouden Carolus Tripel. Certes, son profil un peu différent des autres avec un goût plus fin, floral, fait en sorte qu’elle se démarque peut-être un peu plus lors d’une dégustation comparative que lors d’un essai en solo. N’en reste pas moins qu’il s’agit d’une excellente bière dont la profondeur du profil de saveurs saura ravir les fans des deux côtés de l’Atlantique.

À suivre en partie 2 la semaine prochaine : La triple du nouveau monde…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *