Comment renouveler les festivals de bières du Québec

AJOUT 23-03-2016 : La Directrice des communications pour le Mondial de la Bière de Montréal, Katia Bouchard, a cru bon de répondre au présent article en présentant son point de vue (fort pertinent) sur mes suggestions proposées au sein du présent article. Par souci de transparence, j’ai inclus certaines réponses au texte afin que le lecteur puisse avoir l’heure juste quant aux propositions faites. Je vous invite fortement à lire l’intégralité du texte en cliquant sur ce lien. Pour lire mes réactions sur la réponse de cette dernière, rendez-vous au bas de l’article. 

C’est le bon temps pour être un amateur de bière au Québec. Les parts de marché des brasseurs artisanaux augmentent, les nouvelles brasseries ouvrent à la dizaine chaque année, et il ne semble pas y avoir de ralentissement de la demande prévue, du moins à court ou moyen terme. Cette croissance amène son lot de nouveaux consommateurs, et de nouveaux événements et festivals, pour essayer, à la fois, d’offrir plus de bières aux amateurs, tout en réussissant à convertir des consommateurs potentiels en consommateurs réguliers.

Les festivals et événements spéciaux pullulent depuis déjà un bon nombre d’années au Québec, particulièrement dans la grande région montréalaise. Le Mondial de la bière est bien ancré dans la métropole depuis quelques années. La Cuvée d’hiver et d’été sont des événements de plus en plus courus par les consommateurs. L’Oktoberfest de Repentigny et le festival de Chambly ne sont pas non plus en reste. De plus en plus de festi-bières sont organisés au quatre coins du Québec.

De plus en plus d’initiatives connexes aux festivals traditionnels sont en train de voir également le jour. Je pense notamment à la journée spéciale collaboration de l’Isle de Garde, à la journée Vélo et Session Ale ou à tous les tap takeovers que l’on voit, que ce soit au Bateau de Nuit (Québec), au King Hall (Sherbrooke), au Brouhaha (Rosemont/Ahuntsic) ou au Harricana (Rosemont). Mais il existe encore des manques, pour le fan de bière que je suis, à combler au niveau de l’offre d’événements spéciaux en bières au Québec.

Un vrai festival de saveurs

#savorcraftbeer @liubert84 @estherschh @hannaywong

Une photo publiée par Andy W (@bboytruen) le

Réunir les meilleures bières et des chefs cuisiniers de renom pour créer les meilleurs accords bière-bouffe possible. Voilà le pari qu’a réalisé le festival Savor, à Washington, en réunissant des tonnes d’exposants brassicoles (plus de 70, des quatre coins des États-Unis) à un menu impressionnant. Au Québec, des événements du genre existe à Sherbrooke (le Dégustabière) et durant le Mondial de la bière, à très petite envergure. Bien que de plus en plus de brasseries québécoises offrent un menu gastronomique intéressant (je pense notamment au Trou du Diable), l’univers des foodies est encore trop associé à celui du vin. Dans un temps où le chef du Toqué crée une bière en collaboration avec Dieu du Ciel, un vrai événement gastronomique et brassicole indépendant ne serait pas de refus à Montréal.

Plus de casks!

Cask Days was real. #evergreenbrickworks #yyz #caskdays

Une photo publiée par Adam Tilley (@instatilley) le

Comment ne pas être jaloux des Cask Days de Toronto, qui réussissent à regrouper des casks de brasseries de l’ensemble du pays et même du reste du monde, pour le plus grand plaisir des amateurs de bière torontois. Alors que de plus en plus de brasseries au Québec proposent des soirées cask, il me semble évident qu’il y a une grande demande pour ces versions modifiées de classiques nous faisant plaisir à découvrir, ou redécouvrir.

Repenser le Mondial de la bière de Montréal

Mondial de la bière un jeudi midi! #tranquille #microbrasserie #mondialbiere

Une photo publiée par Louis Pigeon-Caron (@louispigeon) le

Le Mondial de la bière est devenu un géant à Montréal. L’année dernière, c’était cinq jours au Palais des congrès de dégustations de bières, avec plusieurs événements off-festival, un peu partout dans les brasseries montréalaises. Bien que j’y sois allé avec assiduité lors des dernières années, je trouve que l’événement, voulant toucher un peu tous les publics, s’est un peu éparpillé, et mériterait d’être repensé, voir, scinder en événements distincts.

1 – Un vrai festival des microbrasseries québécoises

Qu’ont en commun Dos Equis, Dublin’s Pub, Krombacher, Grolsch, Goose Island, Newcastle, Rickards, Mad Jack, Singha, Granville Island, Creemore Springs et Alexander Keiths? Toute des marques de bières présentes au Mondial 2015, détenues par les brasseries macros, telles que AB-InBev et Molson. Je n’ai rien contre le fait que ces géants soient présents dans un festival de bière, mais l’espace que l’on fait à ces géants, on ne le donne pas à des microbrasseries québécoises qui gagneraient à être connues. Bien que je ne doute pas que les macros contribuent sans doute pour beaucoup à la viabilité économique du Mondial, un effort particulier devrait être fait pour promouvoir les artisans locaux, et non les intérêts économiques étrangers.

AJOUT 23-03-2016 – Réponse de Katia Bouchard

Le Mondial de la bière est un événement international qui offre aux visiteurs le plus grand choix possible de bières, dans le but de permettre aux dégustateurs de découvrir la plus grande variété de produits possible.

Le Mondial de la bière ne se positionne pas comme juge et il ne choisit pas pour ses visiteurs. Il présente les bières de l’ensemble du secteur brassicole, des plus petites brasseries aux plus grandes ! C’est un des fondements de l’approche du festival en matière d’offre de bières et cette ligne directrice est là pour rester.

2 – Une véritable portion internationale

À travers l’offre internationale qu’elle propose, le Mondial ne tire pas le plein potentiel de découvertes qu’elle pourrait offrir aux festivaliers qui viennent au Mondial. À titre d’exemple, l’année dernière, aucune brasserie belge n’était représentée au festival, alors que la Belgique est l’un des plus grands producteurs de bière artisanale. Des bières de seulement 7 brasseries américaines étaient présentes sur place, malgré le fait qu’il y en a plus de 3000 en opération actuellement au sud de la frontière! Encore une fois, je me doute bien que les règles strictes d’importations de la SAQ rendent la logistique d’un tel événement potentiel difficile. Pourtant, il existe plusieurs événements de dégustations du genre dans le monde du vin à Montréal. Ce genre de constat me permet de rêver d’un vrai festival de bières internationales au Québec.

AJOUT 23-03-2016 – Réponse de Katia Bouchard 

L’importation de bières comporte de nombreux défis, c’est le moins que l’on puisse dire ! C’est l’expertise de l’équipe du Mondial de la bière qui fait toute la différence.

Pour la sélection des bières, l’objectif premier n’est pas de représenter les grands pays brassicoles chaque année, mais bien de varier l’offre pour faire découvrir de nouvelles brasseries/régions/pays aux visiteurs. Par ailleurs, comme pour tout le monde, le budget (liquidité + valeur du dollar canadien) dicte aussi sa loi et influence les choix à faire.

En 2016, les bières basques d’Espagne auront une très belle visibilité au Pub du Monde, ainsi que plusieurs nouvelles petites brasseries du Brésil au Pub des Amériques.

3 – Les Off-Mondial… hors du mondial.

Trop, c’est comme pas assez. Il y a des événements tous les soirs lors de la semaine du Mondial de la bière. Pourquoi ne pas en tenir hors du mois de juin? Pourquoi forcer les gens à choisir entre tels et tels événements parce que nous ne pouvons pas être à tous les événements organisés dans le cadre du festival? Pourquoi ne pas faire des soirées thématiques d’un style ou d’une culture à travers l’année?

AJOUT 23-03-2016 – Réponse de Katia Bouchard

Les soirées OFF Mondial ont été créées pour permettre aux amateurs de poursuivre leurs réjouissances lorsque les portes du festival se ferment. Ces soirées sont entièrement organisées par les brasseries, et le Mondial en fait la promotion.

Avec la semaine brassicole, les Sorties Flaveurs et les Soirées OFF Mondial, le Mondial de la bière veut créer un environnement propice pour faire rayonner la bière dans toutes les sphères d’activités dans la métropole.

Dans un monde où les amateurs de bières sont encore et toujours à la recherche de variétés, les événements se doivent eux aussi d’être à l’affût des tendances, et à la recherche de l’originalité, afin de satisfaire une clientèle de plus en plus expérimentée, et exigeante.

AJOUT 23-03-2016 – Réactions face à l’article de Katia Bouchard

Il est vrai qu’à la relecture de l’article que j’ai publié la semaine dernière, je sonne peut-être assez dur face au Mondial de la bière, qui est somme toute, à mon avis, un excellent événement, auquel j’assiste assidûment depuis déjà plusieurs années. En aucun cas je voulais remettre en question sa pertinence dans le paysage brassicole montréalais et québécois, bien au contraire, et il est certainement difficile pour un événement accueillant 200 000 personnes de satisfaire l’ensemble de la clientèle. Toutefois, le constat principal de l’article reste le même, après les précisions de Mme Bouchard, à savoir, que les événements brassicoles à Montréal sont peut-être un peu trop concentrés au sein de la même période de temps.

Bien que je salue du fond du cœur l’initiative du Mondial, tout comme celle des brasseries faisant des événements OFF Mondial durant la même semaine, de faire des soirées gastronomiques ou des soirées Casks pendant les journées de la semaine, je crois que la scène brassicole bénéficierait grandement d’avoir des soirées du genre à des moments séparés, où l’emphase est mise à publiciser uniquement l’événement. L’amateur de bière occasionnel risque de se perdre à travers autant de choix d’activités! 

Cela dit, et il est important de le préciser, ce n’est pas pour pointer du doigt le Mondial de la bière que j’ai écrit cet article. La scène brassicole québécoise est vivante et débordante d’énergie, et c’est en tant que grand amateur de bière que je veut simplement la voir encore plus florissante. Cela passe en partie, à mon humble avis, par d’autres événements indépendants, organisés tout au courant de l’année, venant ajouter à l’offre, déjà très intéressante, du Mondial de la Bière. 

Santé!

Un commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *